Le conifère

O printemps, dis-je, la neige tua deux fois
Dans le berceau tes enfants nouveau-nés
Avant l’été de joie qui était leur droit
Avant l’automne doré pour vieillir en beauté

O printemps, dis-je, nous ne fîmes rien
Pour sauver tes petits de cet assaut diluvien
Mais si tu te retires, par rage et par peur
Aurons-nous donc un été sans fleurs?

Regarde-moi aussi, chuchota le conifère
Sempervirent, vivace, j’endure et j’augure
La floraison impérissable. À ma verdure
Accroche-toi dans la neige noyante, et espère

Do drop me a line!

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s