Jouissance

La mer ronge le soleil couchant
     Alors que je vous dévore,
O mon beau gâteau, o mon croissant
Chéri. Pâtisserivore,
     Je lance notre défi au ciel,
Coudes plantés sur le sable.

Une cicatrice dans la nuit
L’auguste lune se dresse,
     Outrée par nous. Le soleil s’enfuit ;
Avec fougue et allégresse
Elle tire son ciel du néant
     Pour un fol instant de gloire

De son sourire le frémissant
Fantôme jusqu’à ses ombres
    Du sable nous poursuit. Me pinçant
Les bras, les graines si sombres
Chuchotent tout doux: Gare aux sans feux,
     Aux foudres coiffées en verre.

Do drop me a line!

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s